Designa

La collection britannique Wooden Books vaut le coup d’œil. Toutes sortes de sujets sont abordés de manière succincte dans des ouvrages abondamment illustrés, ajoutant à l’intérêt visuel d’une série se caractérisant déjà par son design. Des thèmes d’une même discipline — l’art, par exemple — sont aussi regroupés dans de plus gros volumes. C’est le cas de Designa, que vous trouverez en français chez l’éditeur Guy Trédaniel. Le livre réunit six titres qui plairont à tous ceux que le dessin et les motifs intéressent :

Motifs celtiques (Adam Tetlow)
Dessin islamique (Daud Sutton)
Courbes (Lise DeLong)
Perspective (Phoebe McNaughton)
Symétrie (David Wade)
Le Nombre d’or (Scott Olsen)

Ce sont les trois premiers titres qui m’ont surtout plu, car chacun décrit la construction de motifs complexes, le genre dont on a du mal à repérer le début et la fin. Des recettes graphiques nous apprennent à créer des modèles réguliers, mathématiques et simples au départ. Certains textes s’avèrent parfois difficiles à suivre, mais les images compensent largement en montrant au lecteur la création et l’évolution d’une tapisserie, d’une frise ou d’une mosaïque par l’emploi de motifs géométriques simples. S’adonner à ce genre d’activité demande beaucoup de patience et d’entraînement, mais les nombreuses applications valent sûrement l’effort.

Quelques exemples visuels suivent.

Lire la suite

Florentine

Dans le même esprit que les frimousses, j’ai dessiné une princesse d’inspiration florentine en me basant sur les tableaux de Boticelli. Les éléments ont été faits séparément (le cadre, le motif du fond et le personnage), numérisés et assemblés dans Photoshop. Je ne me suis pas encore décidée comment la mettre en couleurs, mais je fais des essais.

Princesse florentine
Princesse florentine

Save

Frimousses

Quelques visages de fillettes…

Production 2017 — Éditions Pierre Tisseyre

Lotte enfant de BocheMa dernière couverture! Lotte, enfant de l’oubli vient de paraître chez Pierre Tisseyre (qui fête ses 70 ans cette année) dans la collection Ethnos. Signé par Daniel Mativat, ce roman historique dépeint les misères d’une « enfant de Boche », née d’une mère française et d’un père allemand pendant l’Occupation.

Le dessin a été réalisé au crayon et colorisé dans Photoshop. Je n’ai pas utilisé une grande portion de la véranda que j’ai esquissée parce que je préférais mettre en valeur Lotte au premier plan. Elle-même existe en deux versions, l’une propre et l’autre sauvageonne, comme je le mentionnais dans un billet précédent.

Lire la suite

Un tour au Tibet

Ces jours-ci, je travaille entre autres choses sur la couverture d’un roman dont l’histoire se déroule au Tibet. J’en dirai plus long lorsque le projet sera terminé. En attendant, voici un premier crayonné que j’ai proposé à l’auteur. En fin de compte, l’illustration finale sera très différente, question de mieux représenter le personnage, mais je suis quand même contente de ma première version d’essai.

ls_thubdenyack

Changement de look

Crayonné pour une couverture de roman jeunesse qui paraîtra aux Éditions Tisseyre. L’héroïne a d’abord été dessinée avec une apparence trop propre, alors je lui ai fait une coupe plus échevelée pour cadrer avec sa vie de sauvageonne.

ls_lotte

La lectrice

Un petit crayonné pour commencer l’année. Tiens, la lecture pourrait être un thème à développer. Il y a déjà trop de dessins avec des gros fusils sur Internet, non?

fille-lisant

Bestiaire final

Ça y est, ce damné machin est terminé!  🙂 Vous le trouverez sous forme de PDF sur la page Surprises où vous pouvez le télécharger si des envies de coloriage vous prennent, ou si vous souhaitez que les gamins se tiennent tranquilles pendant que le reste de la famille s’empiffre et festoie. Bonne année à tous!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Production 2016 — Éditions Alire

ls_assfq1996_150pxYouppi, j’ai reçu ma copie de L’Année de la science-fiction et du fantastique québécois 1996 (l’ASFFQ pour les intimes) des Éditions Alire. L’illustration s’inspire d’une nouvelle de Daniel Sernine, le gagnant du Grand Prix de la science-fiction et du fantastique cette année-là. C’est un peu le concept de l’ASFFQ de mettre en couverture une illustration inspirée d’une publication du gagnant du prix. Dans la nouvelle, le sphinx était une femme, mais comme sur les quatre illustrations que je devais faire pour Alire (les années 1993 à 1996 de l’ASFFQ) deux montraient déjà des personnages féminins, j’ai opté pour un beau bonhomme. Je conviens que le sphinx est plus grec qu’égyptien, mais eh…

ASFFQ 1996 couleur

Lire la suite